September 3, 2014, 1:57 am

  FRANCAIS | ENGLISH | SOMALI

  Home    

 
 
Préparatifs de la fête: Dans le feu de l’Aïd

DJIBOUTI - (DjibTalk) 08/09/2010 Toute élévation a son zénith. Toute épreuve a son couronnement. Le Ramadan et le Hadj ont leur sacre : l’Aïd. Pour les musulmans du monde entier, c’est l’un des plus beaux jours de leur vie. A l’aube de l’Aïd el Fitr, l’effervescence est totale pour un milliard et demi d’hommes et de femmes. Idem à Djibouti où le feu de l’Aïd s’est déjà emparé de l’ensemble de la population.

Bourdonnement. Telle une ruche d’abeilles, chaque année, à la dernière semaine avant l’Aïd, un intense bourdonnement s’empare de Tout-Djibouti. Dans chaque ville et chaque quartier, dans chaque maison et dans chaque regard croisé, l’on note toujours la même excitation qui va en crescendo, jour après jour.

La vie est si pétillante. Tout le monde s’agite. Les activités se succèdent. Et prennent du rythme. Le vent de l’Aïd emporte tout sur son passage. Nul n’est épargné. A la célèbre Place M. Harbi qui a du mal, beaucoup de mal, à se soustraire définitivement de l’étiquette de son premier baptême, son baptême colonial à la mémoire d’un Dormeur du Val, un certain… Rimbaud, c’est la folie d’une fière commerciale, sans précédant.

En période de Ramadan, la nuit reste l’idéal pour faire ses achats. Et comme les Djiboutiens sont adeptes de la dernière heure, et que la capitale compte un seul quartier commercial, l’image est impressionnante. Presque surréaliste. Un parcours de combattant s’impose. Ce qui était conçu pour être une gare routière, s’est transformée en un gigantesque bazar à ciel ouvert sans dessus dessous.

Aux marchants ambulants habituels, s’est ajoutée une multitude d’hommes et de femmes-sandwiches débout avec leurs articles suspendus sur les épaules. Ce n’est pas tout. De centaine de brouettes sont transformées ingénieusement pour l’occasion en des véritables petits magasins roulant.

Sandales, mocassins, jouets, chemises, pantalons, boubous, draps, sous-vêtements… Il n y a plus un coin à mettre les pieds. Un océan d’articles s’étale partout, à même le sol. Et une marée humaine incessante assiège le lieu. Cris. Ululements. Chamaillades. Sourires. Une galaxie de folie. Pour beaucoup, l’Aïd rapporte énormément.

Alors tout le monde veut tenter sa chance et y croit profondément. Tout le monde devient vendeur pour l’occasion. Le mécanisme est simple : si on a fait des économies en amont, après analyse de l’article qui a le vent en poupe, on achète une commande en fonction de ses moyens auprès de la grossiste.

Si on a juste que des idées et rien dans les poches, alors on cherche un garant auprès de Madame, et si ça marche, on prie le Très Haut pour que l’affaire soit juteuse. Goudo Osman est une de ces braves dames djiboutienne qui a travaillé dure et seule, et a réussi dans le secteur du prêt-à-porter. Veuve depuis plus d’une décennie, quand l’Aïd pointe son nez, Goudo n’est plus la quinquagénaire diabétique. Elle retrouve une force surhumaine. La voila prête a soulevé des montagnes. Se nourrir ou dormir deviennent des mots dépourvus de sens. D’intérêts. Goudo défie toutes les lois organiques.

Tout ce qu’elle a besoin, c’est de l’argent. De l’argent d’abord. Puis, peut être un peu d’oxygène. C’est tout. Plus elle vend, plus elle semble habiter par la puissance d’une force venue d’un autre monde.

"J’ai perdu mon mari très tôt. Pour nourrir mes cinq enfants, je me suis battue toute seule. J’ai travaillé dure nuit et jour. J’ai vendu des cacahuètes, du khat, j’ai monté des gargotes. Mais jamais, je n’ai tendu la main à quiconque. La vie est un éternel combat dont seul les plus audacieux réussissent. Dieu soit Loué, aujourd’hui, je parviens à subvenir avec dignité aux besoins de ma famille.

Depuis que le Ramadan a débuté, je rentre chaque jour à trois heures du matin pour ouvrir le lendemain les portes de mes trois boutiques à huit heures précises. Et à partir du quatrième jour avant l’Aïd, je ne rentre plus à la maison. Je fais la navette entre les boutiques. Quatre jours de nuits blanches au milieu de tout cela. Aujourd’hui, mes enfants ont grandi et ils sont tous mobilisés à mes côtés. Que voulez-vous, ainsi va la vie…"

Dans les quartiers. Des petits garçons sillonnent les rues avec leurs brouettes chargées de déchets ménagers et autres ustensiles devenus "gênants" pour l’Aïd. Les femmes "tatoueuses" vérifient la commande de leurs ingrédients et se frottent les mains. Les plus réputées travaillent avec une liste datée et sont déjà payées en avance. Soucieux d’occuper en premier la place stratégique du quartier, certains jeunes ont déjà planté les deux poteaux qui feront office du légendaire "shirimiri" (balançoire).

D’autres achètent les lots du jeu qu’ils proposeront et construisent les matériels appropriés. Coups de peintures, rideaux neufs, nouvelle disposition des meubles… Les maisons changent de "toilettes". Les hommes aussi. Le long de la route, les usagers du transport en commun doivent faire preuve de patience. Bus et minibus défilent devant l’impuissance de leurs yeux, et affichent complets.

Normal, la destination pour tous les passagers est la même : Place Mahamoud Harbi. Alors, le rare moment qu’un passager descend en cours de route, il faut "oser" pour prendre sa place. Adieu la galanterie!

A l’approche de l’Aïd, c’est aussi les rêvasseries autour d’un "khating party" solennel. Réflexions. Discutions. Négociations. Tri. On choisit le meilleur lieu. La meilleure ambiance. Les meilleurs partenaires. Pour…la meilleure partie de khat.

Pour le plus beau des mirghans. Sinon, c’est quand l’Aïd ? Jeudi ou vendredi ? Le calendrier lunéaire nous le confirmera.

Source: La Nation

 
Comments
 
Name
Email
Comments
Security Code  
 
BACK
 

Copyright 2010 DjibTalk.com - All Right Reserved.

Website Developed By : WebStudio.ca